"Halak Halak"

Issu de la bouillonnante scène électronique palestinienne, le duo ZENOBIA زنّوبيا a rapidement fait parler de lui: le groupe a démarré il y a deux ans, et a déjà fait le tour du globe.
 
La musique de ZENOBIA combine beats vigoureux, rythmes de dabke moyen-oriental, mélodies pop arabes et textures électroniques. Le duo s’inspire de chansons pop et folk en provenance d’Egypte, Syrie, Liban ou Palestine, et construit ses morceaux en effectuant un va-et-vient entre le studio et la scène, où ils improvisent beaucoup en un premier temps, et se nourrissent des réactions du public.
 
Le duo se compose de Nasser Halahlih et Isam Elias. Pionnier de la scène locale, Nasser était l'un des premiers Palestiniens à produire de la musique électronique, à la toute fin des années 90. Quant au brillant jeune claviériste Isam Elias, il a une formation de musicien classique occidental. Il a grandi à Nazareth, tandis que Nasser est originaire de Shefa Amr, une petite ville située entre Haïfa et Nazareth.
 
ZENOBIA est basé à Haïfa, et se trouve à la pointe de l’excitant nouveau courant de musique électronique palestinienne, qui s’est développé en parallèle de part et d’autre de la ‘ligne verte’, à Haïfa et à Ramallah, jusqu’à ce que les deux scènes se connectent, nouent des liens forts, et s’étendent au-delà des frontières, jusqu’à Amman, Beyrouth et la diaspora.
 
Notons que Haïfa, troisième ville d'Israël, abrite une importante communauté arabe. Nasser et Isam font donc partie de la population de citoyens tour à tour dénommés (selon les sensibilités du locuteur) Arabes israéliens, Citoyens palestiniens d'Israël, Palestiniens israéliens, Palestiniens de 48 ou simplement Arabes palestiniens… Ce simple inventaire dénote la particularité de leur situation. A Haïfa, la scène musicale (et la scène artistique en général) s'est beaucoup développée depuis quelques années. Les acteurs locaux constatent avec plaisir et fierté que Zenobia commence à se produire fréquemment à travers le monde, et perçoivent ce phénomène comme un signal d'encouragement pour l’ensemble de leur communauté artistique.
 
Septima Zenobia était la reine de Palmyre, son royaume couvrait une bonne partie du Levant au 3e siècle. En adoptant son nom, Nasser et Isam soulignent leur désir de créer une musique contemporaine qui s’inspire de diverses racines régionales, et vise à toucher un public international. Le choix de ce nom reflète sans doute également les idées du groupe sur l’évolution des rapports hommes-femmes dans la région, et nous en entendrons probablement davantage sur le sujet dans les mois à venir.    
 
Avec leur set irrésistiblement festif, les membres de Zenobia ont déjà enflammé le Amsterdam Dance Event (NL), la Techno Parade de Paris, des festivals tels que Fusion et Morgenland (DE), Colors of Ostrava (CZ), Worldstock et Scopitone (FR), l’Oslo World Music Festival (NO), ainsi que des clubs et salles de Londres, Berlin, Corée du Sud, du Brésil, du Moyen-Orient etc. Ils tourneront intensivement en 2020.
 
Intitulé Halak Halak (“Bienvenue”), ce premier album de Zenobia fait suite au EP KSR KSR KSR (paru au printemps 2019).
 
Il a été produit dans le studio du groupe, à Shefa Amr, et paraît chez Acid Arab Records, le label dont le collectif parisien assure la direction artistique au sein de Crammed Discs
 

 
Densément hypnotique, aux folles tourneries microtonales… ce duo préfigure rien de moins que la vocation universelle d’une pop moyen-orientale bien enracinée (Telerama)
 
Comme une espèce de Kraftwerk délirant du Levant
(The Guardian, UK)
 
La sarabande des bourdonnements acides de Ksr Ksr Ksr peut rendre aussi fou que le vent du désert
(Tsugi)
 
Laissez-vous emporter par ces sons d'ailleurs et d'aujourd'hui
(Le Parisien)
 
Les sonorités de leurs synthés et un rythme lancinant produisent une musique instrumentale authentique, un voyage tribal intégral
(Courrier International)
 
Pendant que Halahlih sculpte des nappes électroniques léchées, alternant vibe éthérée et kick martelant le rythme du dabké (la danse levantine du «coup de pied»), Elias laisse sa main droite de jazzeux marathonien broder en cascades les gammes mineures harmoniques, typiquement orientales, sur synthé acide.
(Libération)
 
Zenobia cristallise la créativité musicale du Proche-Orient
(Starwax, FR)
 
Déploie des lignes de synthé dabke délicieusement enivrantes, poussées à leurs torrides extrémités
 (Tiny Mix Tape, US)
 
On avait déjà entendu des adaptations électroniques du dabke, mais la leur est plus barrée et plus séduisante 
(Resident Advisor, UK)


Releases

ZENOBIA - Halak Halak
ZENOBIA
Halak Halak
cram291out:march27
ZENOBIA - Zenobia
ZENOBIA
Zenobia
cram288